Colonisation

  • Scénariste :  Denis-Pierre Filippi
  • Dessinateur :  Vincenzo Cucca
  • 2018 – …
  • Glénat

Résumé éditeur

Tome 1 – Les naufragés de l’espace
XXIIIe siècle. L’humanité a réussi à coloniser les étoiles de nombreux mondes grâce à une civilisation extraterrestre pacifiste et bienveillante, les Atils, et à leurs technologie avancées. Mais bien des Nefs spatiales parties en exploration juste avant ce premier contact extra-terrestre restent introuvables. Perdus dans l’immensité du cosmos, ces vaisseaux sont devenus des proies autant qu’un enjeu pour nombre de contrebandiers en tous genres. C’est pour retrouver ces Nefs des premiers colons que l’Agence forme ses unités d’élites dans laquelle Milla Aygon et son équipe se sont engagés.

Tome 2 – Perdition
Chaque colonie a ses secrets.
Envoyés sur une nouvelle mission de récupération, Milla et son équipe se retrouvent prisonniers sur une planète inconnue. Leur geôlier, un certain William, leur explique que sa Nef ayant subi une avarie grave dans une galaxie isolée, les techniciens avaient été réveillés sans possibilité de réintégrer leur caisson d’hibernation. Ils ont alors dû s’adapter à une situation… compliquée, et créer une colonie qu’ils semblent vouloir garder secrète.

Tome 3 – L’arbre matrice
L’espace cache bien des secrets Voilà plusieurs missions de sauvetage que Milla et son équipe de récupérateurs réalisent en vain. Des signaux agissant comme des leurres les attirent sur des planètes sans la moindre trace de vie – du moins, humaine. Qui peut bien être aux commandes de cette manœuvre ? Les Atils, cette race alien évoluée à qui l’humanité doit sa capacité à voyager dans l’espace mais dont les motivations restent obscures ? Ou bien les Écumeurs, ces pillards de l’espace qui s’attaquent aux nefs des colons perdus ? Quoi qu’il en soit, la réponse à cette énigme risque bien de remettre en cause les fondements même de la colonisation galactique… en même temps que le sort de l’humanité toute entière.

Tome 4 – Expiation
Suite à leur dernière mission, l’équipe de Milla a sympathisé avec une bande d’Écumeurs dissidents. Ensemble, ils décident d’unir leurs forces pour découvrir la vérité qui se cache derrière la disparition des Nefs de premiers colons. Une vérité visiblement soigneusement dissimulée par les Atils et l’Administration… La première collaboration de cette troupe bigarrée les amène à récupérer les survivants d’une nouvelle Nef, en orbite autour d’une planète. Mais à peine arrivés, ils sont touchés par un tir électro-magnétique provenant de la surface ! Les survivants de la Nef auraient-ils réussi à coloniser la planète ? Et, si oui, depuis combien de temps ?

Notre avis

Quand on commence une série, on ne sait jamais quelle sera sa destinée. Elles commencent parfois bien et s’éteignent d’elle même au troisième tome ou prennent un virage marketing qui les transforme en BD de supermarché. Ce n’est pas le cas de « Colonisation » qui est une véritable « pépite » dans le monde la BD d’anticipation.
Dans la grande tradition des space-opéra, « Colonisation » nous invite à suivre une équipe d’explorateurs en charge de retrouver les premiers pionniers de la colonisation humaine dans l’espace.
Le scénario est clair, riche de détails et de références à la culture SF, et album après album cet univers s’enrichit, les personnages prennent de l’épaisseur, l’intrigue se complexifie multipliant les enjeux, de nouveau monde sont découverts. Le tempo est dense, il se passe toujours quelque chose. Chaque épisode, chaque tome est une nouvelle mission d’exploration et les questionnements sur « qui manipule qui » sont un fil conducteur qui nous tient en haleine.
« L’économie de moyens dont font preuve les dialogues a cela de réjouissant qu’elle assume parfaitement l’héritage de références de son public, et se garde bien de systématiquement tout expliciter, conservant le soin de la composition des plus grandes planches, mais aussi le dynamisme des scènes d’action. »*
Graphiquement, Vincenzo Cucca est d’une grande efficacité, les personnages sont bien campés, nombreux on les identifie facilement. Les scènes d’action sont efficaces, bien découpées. Et puis il y a les mondes à explorer, chaque album permettant de découvrir les lieux de vie d’autres civilisations, artificiels ou naturels. Les images des mondes extraterrestres sont sublimes, peu contemplatives, toujours intégrées à l’histoire, très colorées comme les mondes de Star Trek en technicolor.

*Colonisation, tome 4 : une Expiation intense pour un épatant space opéra français – Simon Riaux – 19 février 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s