From Hell

  • Scénariste : Alan Moore
  • Dessinateur :  Eddie Campbell
  • 2000
  • Delcourt

Résumé éditeur

Pour faire face à un chantage concernant la naissance d’un enfant né de l’union inavouable d’un petit-fils de la famille royale et d’une prostituée, la Reine Victoria dépêche son médecin, William Gull, afin de régler ce problème. Celui-ci, tout en suivant les ordres de la Reine, va néanmoins poursuivre ses propres plans. Les meurtres atroces qu’il va commettre à Whitechapel durant l’automne 1888 défrayeront la chronique? Le mystérieux assassin, surnommé Jack l’éventreur, ne sera jamais identifié par la police. Les crimes qu’il commet auront pour Gull/Jack l’éventreur une portée telle qu’ils provoqueront chez lui des visions terrifiantes d’un XXe siècle froid et inhumain?

Notre avis

Là c’est du lourd ! Si vous aimez les histoire sombres, les univers glauques qui vous emmènent dans les ruelles sombres de Londres à l’époque victorienne, From Hell vous comblera. Les dessins d’Eddie Campbell sont griffonnés, je dirais effilochés, parfois il est difficile de reconnaître les personnages, mais en même ils participent grandement à l’atmosphère du livre. Dans la pénombre, tous les chats sont gris et les tueurs passent inaperçus. Et puis dans ce désordre apparent, les décors victoriens, les rues obscures, tous ces hommes en tenues sombres avec chapeaux haut de forme, les prostitués, les souteneurs, les pubs, la pluie, la crasse, tout prend sa place et nous nous retrouvons sans trop d’effort dans un autre siècle. Le noir et blanc, le découpage, donne à « From Hell » un cachet unique.
Peu importe qui est le meurtrier, de toute façon Alan Moore ne joue pas la dessus. Ce qui l’intéresse, ce sont les événements qui vont créer le mythe, comment le peuple des bas fonds va être manipulé, et les manigances des puissants pour dissimuler leurs propres turpitudes. Alors, oui, c’est un livre épais, on s’y perd parfois, mais je vous assure que la dernière page tournée, vous vous dîtes que vous n’oublierez pas cette lecture de si tôt et vous regrettez les rues sombres et les cris d’épouvantes des filles perdues de Whitechapel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s