Mon traître / Retour à Killybegs

  • Scénariste :  Pierre Alary d’après l’oeuvre de Sorj Chalandon
  • Dessinateur :  Pierre Alari
  • 2019
  • Rue de Sèvres

Résumé éditeur

Mon traître

Antoine, luthier parisien se prend d’amour pour l’Irlande. Fasciné par sa culture, ses paysages et par la chaleur des gens, le jeune français rencontre Jim et Cathy qui deviendront des amis précieux. Tous font partie du mouvement républicain irlandais, et mènent des actions pour le compte de l’IRA . Un soir à Belfast, il fait la connaissance du charismatique Tyrone Meehan,  responsable de l’IRA, vétéran de tous les combats  contre la puissance britannique. Antoine ne tarde pas à embrasser la cause de ce peuple. Captivé, le jeune Français trouve en Tyrone un mentor, un ami très cher, presque un père. Puis un traître… « Mon traître », comme l’appelle Antoine, pour désigner cet homme qui fut en réalité, vingt-cinq ans durant, un agent agissant pour le compte des Anglais. Il les avait tous trahis, ses parents, ses enfants, ses camarades, ses amis et lui, chaque matin, chaque soir…

Retour à Killybegs

Tyrone Meehan figure mythique de l’IRA et traître à la cause nationaliste irlandaise pendant une vingtaine d’années a été dénoncé par les Anglais. « Maintenant que tout est découvert, ils vont parler à ma place. L’IRA, les Britanniques, ma famille, mes proches, des journalistes que je n’ai même jamais rencontrés. Certains oseront vous expliquer pourquoi et comment j’en suis venu à trahir. Des livres seront peut-être écrits sur moi, et j’enrage. N’écoutez rien de ce qu’ils prétendront. Ne vous fiez pas à mes ennemis, encore moins à mes amis. Détournez-vous de ceux qui diront m’avoir connu. Personne n’a jamais été dans mon ventre, personne. Si je parle aujourd’hui, c’est parce que je suis le seul à pouvoir dire la vérité. Parce qu’après moi, j’espère le silence. » Tyrone Meehan raconte sa vie gâchée, la violence familiale, sa confusion jusqu’à sa trahison. Retour à Killybegs respire la passion et le désespoir d’un homme qui, un jour, n’a pas eu le choix et s’est enfoncé dans la nuit et dans la honte.

mon_traitre_couv   RETOUR A KILLIBEGS

Notre avis

Pour tout vous dire, je n’ai pas lu les romans de Sorj Chalandon et j’ai commencé par lire « Retour à Killybegs » comme s’il s’agissait d’un one shot. C’est en recherchant une image de la couverture sur Internet pour illustrer ce blog que je me suis aperçu qu’il y avait un premier opus. J’ai donc lu « Mon traître » après. Et bien, j’ai trouvé « Retour à Killybegs » plus fort, plus abouti. Le traître a un nom : Tyrone Meehan, et dans ce second volume c’est lui le personnage principal, il attend la mort et donne sa version des faits. Dans le premier opus, la charge émotionnelle est moins directe, plus distante, car le récit a lieu à travers les yeux d’Antoine, son ami trahi, témoin de la lutte de l’IRA, dont les amis sont pris dans une guerre qui ne dit pas son nom.
« Je suis passé dans l’écriture du côté du traître dans Retour à Killybegs parce qu’il manquait quelque chose à mon roman précédent. Mon Traître, raconte la stupéfaction du trahi, du petit Français. Le livre répond à la question : qu’est-ce que ça fait d’être trahi par un homme ? Mais après avoir terminé l’écriture, je me suis demandé où était le traître dedans. J’ai eu besoin qu’il s’explique. J’en avais fini avec la douleur du trahi, je voulais écouter Tyrone Meehan, qu’il nous explique.  » raconte Sorj Chalandon dans une interview de Anne Douhaire pour France Inter.

https://www.franceinter.fr/livres/sorj-chalandon-on-a-tous-un-traitre-en-nous-et-notre-combat-quotidien-est-de-le-faire-taire

Le dessin de Pierre Alari est à la fois réaliste et dépouillé, et sert parfaitement l’histoire. Les expressions des personnages sont particulièrement réussies, il y a de l’émotion, de la rage, de la tristesse, du découragement.  Le découpage est vif, cinématographique, les chapitres sont bien calibrés, pas d’ennui, pas de redites. Enfin, son utilisation des aplats de couleur, des ambiances quasi monochromes est plus qu’un effet de style, elle participe à l’atmosphère générale de la BD, renforce son ton tragique. A découvrir, dans l’ordre ou le désordre !

RETOUR A KILLIBEGS 2

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s