Lincoln

  • Scénariste :  Olivier Jouvray
  • Dessinateurs : Jérôme Jouvray
  • Couleurs : Anne Claire Jouvray
  • 2002/…
  • Paquet

Résumé éditeur
Tome I – Crâne de bois
C’est peut-être parce que Lincoln est né dans un bordel qu’il s’est très vite mis à le foutre. Mais voilà que Dieu décide de s’occuper de lui, notamment en lui conférant l’immortalité. En échange, il voudrait que Lincoln devienne justicier, et la partie n’est pas gagnée…
Tome II – Indian Tonic
On retrouve notre héros, Lincoln, à cheval en plein galop. Il poursuit un bandit qui a enlevé un jeune enfant. Plus loin sur le chemin, perchés dans un arbre, Dieu et les trois nouveaux membres de la bande attendent, prêts à intervenir. Lorsque le bandit passe en dessous, un des trois gamins s’élance dans les airs accroché à une corde et tente de capturer le criminel. Le jeune homme percute sa cible de plein fouet et ils tombent tous deux lourdement au sol. L’enfant, toujours attaché au cheval continue son chemin mais Lincoln le rattrape rapidement. Cette première mission de la « bande à Lincoln » est plutôt une réussite et Dieu semble satisfait malgré les réticences de son protégé.
Tome III-Playground
Dieu et Lincoln passent des vacances paradisiaques sur une plage de rêve où notre « anti-héros » s’ennuie prodigieusement. Le Diable va tenter sa chance et le transporter sur son nouveau terrain de jeu: Manhattan. Mais malgré tous ses efforts pour faire de Lincoln son poulain, il va rapidement déchanter en comprenant qu’il n’aura pas plus de réussite que son concurrent.  C’est dans ce décor new-yorkais, encombré de buildings et de bidonvilles, bien loin des grandes plaines du far-west, que notre cow-boy va se retrouver ballotté entre Dieu et Diable, chacun luttant pour sa cause.
Tome IV – Châtiment corporel
Voilà maintenant cinq ans que Lincoln est policier à New York sans que ni Dieu, ni Diable ne se manifeste. Par des moyens, forcément contestables, il est parvenu à gravir les échelons et c’est en chef de brigade bedonnant et corrompu que nous le retrouvons. Mais Dieu veille et veut remettre les choses en ordre. Lincoln va devoir se reprendre de gré ou de force et bien évidemment, ce sera de force : Dieu le fait arrêter et il se retrouve au bagne… Mais Lincoln n’est pas une truffe et il comprend vite que le vieux barbu planque une idée sous son chapeau…
Tome V – Cul nu dans la plaine
Quand on est un justicier du Far-west, on se doit de prendre la défense des peuples opprimés en toute circonstance et en tout lieu. Alors si Dieu emmène Lincoln au Mexique, c’est pas pour boire des mojitos! C’est pour faire la révolution.
Mais Lincoln, le sort des paysans mexicains lui passe bien au dessus du chapeau et quand des militaires lui proposent de l’embaucher comme mercenaire pour mater la rébellion, il voit là une bonne occasion de se faire du pognon sans trop se fatiguer, tout en faussant compagnie à son encombrant compagnon…
Tome VI – French lover
Lincoln et Paloma quittent un Mexique en pleine confusion. Dégoûtée par le comportement scandaleux de ses anciens frères révolutionnaires, Paloma semble bien décidée à se ranger, fonder un foyer et y rester jusqu’à la fin de ses jours. Et ce avec la bénédiction de Dieu et du Diable, bien trop heureux à l’idée de voir Lincoln se ranger ou s’encanailler, c’est selon.  Mais c’est compter sans une vieille belle-mère à la langue bien pendue, les Texas Rangers, l’armée américaine et des Federales mexicains…
Tome VII – Le fou de la montagne
Début de l’année 1919, le gouvernement des États-unis décide d’imposer la prohibition à tout le pays. Mais il faut savoir que dès la fin du siècle précédent, plusieurs états décidèrent déjà d’interdire la vente et la consommation d’alcool. On les appelait les états « secs ».
Quand Lincoln, qui vit une retraite paisible de trappeur dans les montagnes enneigées du Montana, découvre qu’il ne pourra plus s’offrir sa cuite hebdomadaire au Saloon de la ville, ça l’agace. Et quand Lincoln est agacé, c’est tout le pays qui risque de le sentir passer.
Tome VIII – Le démon des tranchées
1917, l’Amérique apporte son soutien à la France. Lincoln, incorporé d’office, fait son arrivée sur le vieux continent…
Nous sommes en juin 1917 et notre stupide cow-boy, ex-policier, ex-escroc, ex-révolutionnaire, ex-trafiquant d’alcool est devenu soldat dans l’armée des États-Unis. En cette même période, l’Europe est ravagée par un conflit mondial et meurtrier, et l’Amérique a décidé d’y envoyer ses troupes. Ainsi Lincoln va débarquer en France et peut-être en profiter pour enfin se trouver un coin tranquille ou passer des jours peinards, loin des ennuis, loin de tout. Peut-être…
Tome IX – Ni Dieu, ni Maître
Lincoln est depuis quelques mois dans son trou, l’herbe a repoussé et c’est Dieu qui vient le sortir de sa tombe. Lincoln était bien au chaud, se foutait de tout, dans une espèce de sommeil prolongé, ne désirant plus remonter à la surface. Dieu ne l’entend pas de cette oreille et veut l’obliger à se bouger le cul.
Mais Lincoln veut rentrer chez lui et demande à Dieu de le téléporter comme le Diable l’avait fait dans un précédent album. Comme Dieu ne veut pas, Lincoln doit se démerder seul. Ayant trouvé un bateau pour faire le voyage de retour, il rencontre des gens très engagés politiquement du coté des anarchistes. Séduit par l’idée anarchiste puisqu’elle affirme haut et fort  « Ni Dieu, ni maître » et arrivé à New York, il va rejoindre le mouvement et probablement passer du coté des ultras qui fomentent des attentats. Sauf que très vite, repéré par la police et risquant la prison, pour ses camarades, il sera un martyr s’il est emprisonné, son procès sera une belle caisse de résonance pour les idées anarchistes. Mais Lincoln ne veut pas retourner en tôle et s’enfuit. Il doit disparaître aux yeux de la police et des anarchistes… Bref, il est encore dedans, jusqu’au cou…

Notre avis

C’est un ami qui m’a fait découvrir Lincoln. J’avais vu le premier album en librairie, mais bon j’étais passé à côté ! Et donc il m’offre le premier opus de cette série qui situe son action aux Etats-Unis au début du XXème siècle. C’est du western, mais du western où les chevaux vapeurs remplacent les canassons. Lincoln est un anti-héro, mal embouché, vaurien, fainéant et alcoolique. Dieu lui donne l’immortalité, et il s’en mord les doigts. Même le diable qui essaie d’en faire son disciple n’arrive à rien, ou si peu !
Tous les ingrédients sont là pour en faire une série à succès et il faut reconnaître qu’on s’amuse bien. Car Lincoln est plein de ressources et est très bien entouré. Il y a une pléiade de personnages qui sont là pour l’emmener vers de nouvelles aventures, toujours un peu contre son gré. Tout d’abord, il y a Dieu et le Diable, qui essaient d’en faire pour l’un un justicier sans peur et sans reproche, pour l’autre un jouisseur sans vergogne qui profite de la vie.
De policier corrompu et alcoolique puis bagnard, il devient mercenaire au Mexique,… toujours alcoolique. Pour les beaux yeux de Paloma, il devient révolutionnaire,  quitte la chaleur du Mexique pour les montagnes du Montana et devient trafiquant d’alcool frelaté toujours saoul. Il finit dans les plaines du nord de la France au milieu des tranchées de la grande guerre. Les dialogues sont excellents, les personnages bien campés et les gueules de travers sont finalement très vivantes et très amusantes.
On s’amuse beaucoup ! Les premiers albums sont très irrévérencieux et on les consomme avec délectation. Ensuite, il y a des albums un peu moins drôles mais qui amènent un peu d’épaisseur à la saga de ce cow-boy manqué.
Personnellement, j’ai adoré les premiers albums et « Le démon des tranchés ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s